Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/04/2007

Melting Pot Café: Carton rouge




Désolé d'en rajouter une couche, mais en ce qui me concerne, Melting Pot Café, c'est time.
Après avoir subi le deuxième épisode, histoire de me forger une seconde opinion, je ne peux que constater les dégâts.

Il y a d'abord l'inconsistance des personnages principaux, soit le tandem mère-fils. Particulièrement Pascal Machin (la mère, malgré le prénom) dont le jeu est réellement un bon cran en dessous de ce qu'il faut pour porter une série de ce style. Elle fait visiblement son petit possible, mais elle manque totalement de VRAIE gouaille, de souffle, de ce petit grain de folie qui est sensé habiter la maman Melting Pot. On est ici plutôt au niveau Sous le soleil.

Je pourrais encore vivre avec des premiers rôles décevants, mais ce qui m'a vraiment fait décrocher hier, c'est cette ligne de dialogue, assénée avec un grand sourire et un mauvais accent bruxellois par le flic de quartier: "Celle-là, si elle porte plainte pour viol, je me charge moi-même de la reconstitution!"

Dans un film avec Poelvoorde, ce serait déjà limite, mais comme j'imagine que Ben la jouerait "gros beauf bien lourd et con", ça passerait - tout juste.
Mais dans une comédie familiale, ça craint un max. Et l'acteur qui joue le flic, malgré qu'il fasse tout ce qu'il peut pour faire son Poelvoorde, il ne me fait pas rire du tout.


Étant donné que j'ai vu la seule chose qui m'intéressait, c'est à dire le concert des Mens of Weapons avec Dop à la guitare, dorénavant je consacrerai mon mardi soir à Dr House sur RTL.

24/04/2007

Dr House: Docteur Maboul !





Je me réjouis de la reprise sur RTL TVI de l'excellente série Dr House. Moi qui ne suis vraiment pas fan de séries hospitalières, j'ai beaucoup aimé la première saison, et je n'ai pas encore été déçu par le début de la deuxième.

Je suis complètement sous le charme rugueux de Hugh Laurie, que je connaissais déjà comme humoriste entrevu à la BBC dans a Bit Of Fry And Laurie. Il est en train de faire une carrière américaine qui doit laisser son collègue Rowan Atkinson (Mr Bean) vert de rage et rouge de confusion.

Ce qui me fait sourire en coin, c'est mon sentiment diffus que le ton de Dr House ne plaît pas à tout le monde - certainement pas aux personnes les plus âgées de mon entourage, qui sont assez offusquées, effrayées même, par le personnage. Esspossip', un docteur qui ne ménage pas ses patients, qui ne fait pas de plat à son directeur, qui suce des pilules en écoutant du rock en jouant sur sa Nintendo?

C'est ce côté ado attardé mâtiné de vieux briscard bougon et irascible, son humour vachard et pas du tout politikali korrek' qui me rend ce bon docteur tellement sympathique - et qui doit faire fuir les mamys.


Seul petit bémol: la fréquence de diffusion sur RTL. 3 épisodes d'affilée la semaine dernière, c'est trop. Le ton acerbe des dialogues et l'irrévérence misanthrope du bon docteur, c'est du nectar à consommer à petite dose. Enchaîner les épisodes, c'est risquer l'indigestion.
Je ne m'étendrai pas trop sur l'horaire de diffusion de TF1; passer ce bijou après 23 H, cela montre bien à quel point les pontes de la télé privée française ont peu de respect pour leurs clients.


09:06 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Série, RTL, Dr House

23/04/2007

Minuscule: Touti rikiki, maouss kosto





Ma fille m'a fait découvrir hier l'univers de Minuscule, une série de court métrages d'animation.
Elle a rencontré cette petite merveille sur la 2, et elle m' a montré le pilote de la série sur le site
http://www.minuscule.tv/


Au départ, je me suis dit: bof, encore de l'animation 3D avec des bestioles - comme c'est original.
Et il est vrai qu'en terme de technique d'animation, Minuscule ne casse vraiment pas des briques.
Mais cela ne m'a pas empêché d'être complètement sous le charme de ce petit film de quelques minutes, au point que je suis en train de considérer sérieusement d'acheter les DVDs.

Car les créateurs ont vraiment fait preuve d'ingéniosité et de talent, choses qui sont denrées rares dans l'animation pour enfants de nos jours.

Primo: le titre. Minuscule, ça dit ce que ça doit dire, et c'est compréhensible tant aux States qu'ici. Idem pour les dialogues, il n'y en a pas, on a opté pour des bruitages et des voix incompréhensibles, façon Hoagy et les Cafards ou Pingu. Donc: accessibilité à un public international assurée.

Deuxio: économie de budget en utilisant des décors réels tournés en vidéo (HD, je suppose), dans lesquels on intègre des personnages animés en 3D. Et comme l'intégration est très bien faite, cela donne un résultat qui est stupéfiant.

Troisio: la série renoue avec un humour à la Tex Avery / Chuck Jones, en plus bon enfant, mais réellement rafraîchissant. Gags visuels, donc, avec un soupçon de cruauté et d'ironie. Miam.

Une vraie petite merveille donc, que je vous conseille d'aller voir sur le site, et d'explorer plus si le coeur vous en dit.

Bzzzzzz!



06:36 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Minuscule, Animation