Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/05/2007

Lost: l'île aux singes?




Début de saison toujours assez inégal pour Lost S03. Je m'accroche, en espérant que la série retrouve son souffle et son flow, et aussi parce qu'on découvre enfin le background de nouveaux personnages, y compris chez les Autres. Enfin du neuf!


J'ai toujours beaucoup aimé la musique de
Michael Giacchino, assez spartiate, et à l'instrumentation intéressante.

Une chose m'a frappé dans l'épisode que j'ai vu hier (
"Not in Portland"): une certaine ressemblance avec la musique de Jerry Goldsmith pour la Planète des Singes - le film de 1968, pas l'horrible remake de Tim Burton. Peut-être pas tout à fait une coïncidence, vu le ton actuel de la série, qui rappelle assez bien l'antagonisme humains/singes, remplacé ici par la relation ambiguë Gentils/Autres.

Je salue au passage la décision de RTL-TVI de modifier l'horaire de diffusion de Heroes. Cette excellente série méritait mieux que la case pourrie du dimanche à 18 h.


En espérant que le lundi soir lui soit plus favorable....

09:53 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : TV, Séries, Lost, Heroes

14/05/2007

Eurovision: bout filtre?





Ça risque de devenir une (mauvaise) habitude, je vais encore bloguer sur une émission que je n'ai pas regardée.

Ou presque.

Cela fait quelques années que j'ai décroché de la sacro-sainte soirée Eurovision. Ce qui me faisait encore sourire il y a peu, a commencé à m'agacer au bout d'un temps, et me laisse aujourd'hui parfaitement indifférent. Même les commentaires langue-en-joue de JP Hautier ne parviennent plus à me faire passer un bon moment.

J'ai donc zappé samedi, et j'ai pu glaner çà et là quelques images furtives du concours.

Ce qui m'en reste: le gigantisme quasi Nazi-Rienfenstahllien de la salle, et le look soigné et technologiquement savoureux de la production TV finlandaise. Pas étonnant dans la patrie de Nokia, mais bon dieu que c'est déprimant de voir qu'un pays de 5 millions d'habitants parvient à produire une émission aussi sophistiquée, aussi moderne - les Finnois ne doivent évidemment pas financer 12 niveaux de gouvernement, il reste des sous dans les caisses pour une TV qui en jette.

Gasp.

Bon, on ne va pas épiloguer là-dessus.

Tout ce bazar m'a envoyé sur YouTube pour revoir la prestation de Telex en 1980. http://www.youtube.com/watch?v=6USa0zUMmqI
Je m'en souviens, du tintouin que ça a fait à l'époque. Il n'y avait plus grand monde pour les défendre, les Kraftwerk de Boisfort, quand ils ont fini 17èmes sur 19 avec 14 points.

Pourtant, 27 ans plus tard, ça a l'air tellement gentil, tellement "braaf", leur pastiche teknöpop. Finalement, la seule chose qui choquerait à notre époque, c'est l'allusion au tabac dans le texte:

"Les vedettes sont inquiètes
Elles se maquillent
Fument une cigarette avant d'aller sur la sellette"

..... pas bien çà, la fumette!

Le pompon revient quand même à la représentation belge de 1983, le groupe Pas de deux avec le minimalissime "Rendez-vous".

http://www.youtube.com/watch?v=JRfve3wHYUY

Texte: "Rendez-vous, maar de maat is vol, en mijn kop is toe" (rendez-vous, mais la mesure est pleine, et j'en ai plein la tête).

Mon pote Walter Verdin, le cerveau derrière ce chef d'oeuvre de provoc' arty/farty (c'est lui au synthé), s'est carrément mis tout le pays à dos. Tout ça pour terminer 18ème sur 20 (13 points).... toujours mieux que la Turquie et l'Espagne qui ont récolté royalement 0 points.


Où je veux en venir? Chépa. Simplement que ce qui a fait couler beaucoup d'encre il y 25 ans pâlit à côté des phénomènes de foire qui se présentent au concours ces dernières années.

Travelos, drag queens, métalleux en mal d'Halloween, Xena la Guerrière qui fait du disco ZTT, et un raton laveur.

Tout ce que vous voulez, mais on ne fume pas dans la salle.




07/05/2007

St Nicolas mon bon patron




Je n'ai pas blogué toute la semaine dernière, étant accaparé par des travaux domestiques.

Cela ne m'a pas empêche de suivre le grand face à face Ségo vs Sarko du 2 mai.

Maintenant que les jeux sont faits, il est un peu vain de livrer mes impressions - mais, hey, la blogosphère n'est-elle pas le giron du surfait vite fait, le café du commerce du village global, le lieu rêvé pour enfoncer de virtuelles portes ouvertes?

Moi, au départ, j'étais plutôt Ségo: bonnes jambes, quoique sourire crispé, carré avenant, plutôt bonne pour sa cinquantaine, discours humano/baba/bobo/cool, en tous cas moins agitée que l'autre nain.

Oye.

On pourra dire que ses potes les conseillers en com' lui auront niqué son élection, à la grande.

J'imagine la stratégie: montrer aux indécis (nombreux) et aux femmes (qui ne l'aiment pas beaucoup - pour qui elle se prend, celle-là?) qu'elle en a dans le pantalon. Bicauze on imagine que c'est là que le bas nylon blesse: une femme, c'est né pour souffrir, ça n'a pas la carrure, les roubignoles pour diriger un pays de guignols excités comme la France.

Hé ben, c'est réussi, les gars.

On a eu donc droit à une virago remontée à bloc, décidée à ne pas s'en laisser conter, ni par le pov' Poivre et sa copine borgne, ni par le Petit Nicolas. Et que je te coupe la parole, et que je te lance des regards assassins, et que je m'énerve, et que je tiens le crachoir. Occupe le terrain, Ségo, fais gaffe à sa droite, jab, jab, uppercut, ne le laisse pas souffler, danse autour, petit scarabée, vas-y, il est plus petit que toi, tu peux l'avoir!

Le sommet étant le fameux zincident ousque Mme Kanjeseraiprézidente s'indigne quand le vilain Nicolas, il a parlé de sauver les zandik.

Oye, oye, et re-oye.

Ayant eu l'occase de voir, revoir, et re-re-revoir ledit zincident en boucle ad nauseam, moi, j'ai l'impression que des 2 côtés, on n'attendait que ça.

Team Ségo:" S'il aborde la problématique de l'enseignement adapté au handicapés, SE FÂCHER! Jab jab, swing, direk au foie, gros yeux, index assassin, indignation de Mère, immoralité, pas possip', p'tit con, va dans ta chambre!"

Team Sarko: "Si elle s'énerve, faire remarquer avec un petit air entendu, que les femmes s'énervent pour un oui pour un non, et que ça la fout mal pour un Président de la Républik, que c'est pas Nicolas qui s'énerverait pour quelques voitures brûlées ou un saccage de vitrines."

Bon, bref, après le débat, j'ai su tout de suite que l'affaire était pliée. Déjà que je n'avais pas beaucoup d'illusions, Ségo venait de se faire hara kiri et pouvait rentrer dans ses pénates charentaises.

Le résultat du scrutin d'hier est clair: bienvenue à la méritocratie, adieu le bordel chiraquien, voici venu le temps des rires et des chants, dans l'Ile à Sarko le temps sera toujours beau (pour ceux qui bossent).

Quant à Ségo, pour moi ses jours politiques sont comptés. Elle a perdu une élection imperdable, elle a joué solo contre son parti et elle va payer le prix, sans attendre les législatives. Voilà ce qui arrive quand on veut faire sa maligne et qu'on piétine son monde (et quelques égos surdimensionnés) pour arriver au top. On a intérêt à réussir son coup, sinon la DCA est sévère les lendemains de défaite; prends-en de la graine, Elio!